Même faire des activités physiques au milieu des nombreuses heures passés assis ne sert strictement à rien. Selon une recherche de AusDiab (the Australian Diabetes, Obesity and Lifestyle study, 1999-2000) les effets positifs de l’exercice physique sont nuls pour stopper les effets catastrophiques de la position assise prolongée, si l’on continue de rester assis et inactif en même temps qu’on fait . Que ce soit devant la TV comme des heures derrière un bureau :

Extrait de Too Much Sitting: The Population-Health Science of Sedentary Behavior

Cette recherche a également mappé le temps d’activité en une semaine pendant les heures éveillées d’un adulte avec pour source de mesures les données d’un accéléromètre. En bleu foncé le temps de sédentarité totale. De bleu clair à jaune, c’est une activité légère à modérée. En rouge l’activité est d’intensité haute. Chaque colonne représente un jour de la semaine, le début de journée se trouvant en haut, et la fin des heures éveillées en bas :

An external file that holds a picture, illustration, etc.
Object name is nihms229379f1.jpg
Figure issue de l’article : Too Much Sitting: The Population-Health Science of Sedentary Behavior

Le constat est accablant, en Occident la majorité des personnes semblent vivre assises, alors qu’elles ne sont pas forcées d’y être (comme les personnes en situation de handicap par exemple). Le peu d’activités physiques a des conséquences pourtant prouvées sur la santé cardio-vasculaire, la santé de nos os et de nos muscles.