Je ne sais quel toupet a débéqué les femmes de la vraie musculation ? D’où vient cette campagne de « diabolisation du muscle » auprès des pratiquantes sportives ??? « Fit » ne signifie pas « fine ». Nous avons toutes besoin de développer nos masses musculaires à nos maximum. Regardez ces bodybuildeuses :

Les 4 catégories du bodybuilding féminin : bikini, figure, physique, bodybuilding
source : http://www.getfitgofigure.com/divisions-explained-womens-bikini-figure-physique-bodybuilding

Elles sont différentes par leur taille, largeur, tailles de muscles… Si vous êtes asiatique, vous seriez plus dans la première catégorie. En revanche le type européen se retrouvera plus dans la deuxième comme la première. Certaines femmes ont des physiques qui se rapprochent plus de celui des hommes (ce sont des choses qui arrivent, mais je soupçonne la prise d’hormones stéroïdes androgènes ici) et on les retrouvera dans la 3ème et 4ème catégorie. Le point commun de ces 4 femmes ? Elles vont au maximum de leur capacité de développement musculaire, tel que défini par leur génétique.

Ce qui n’est pas une raison pour nous, les femmes, de nous cantonner à des exercices répétitifs inutiles voire contre-productifs comme ils sont légions dans le yoga et d’autres disciplines. Pour développer sa masse musculaire, encore faut-il avoir des fonctions de mobilité (via nos articulations) qui nous le permettent. Pour cela c’est la musculation fonctionnelle qui va entretenir ces fonctions. A 45 ans, je pratique conjointement musculation fonctionnelle réparatrice ET musculation avec haltères, barre d’haltérophilie, poulie, machines, poids de corps et crossfit. Le cardio et le HIIT (High Intensity Interval Training, entraînement à haute intensité avec des intervalles courtes) viennent compléter de façon ponctuelle, surtout quand je craque un peu trop sur mes barres diététiques chocolatées !

Se retrouver avec une sarcopénie, non merci ! Cette maladie soit disant « naturelle » est la fonte des muscles qui résulte de l’absence d’exercices avec résistance (poids, bande de résistance, poids de corps, cardio), de la sédentarité et de certaines hormones dont la production n’est plus induite.

source : google images

Pour résumer, développer ses muscles ne mène pas à un physique massif masculin chez les femmes. A vrai dire, même les hommes n’arrivent pas à se faire le physique musclé dont ils rêvent, malgré tous leurs efforts à la salle…

Nous avons toutes à gagner à développer nos muscles au lieu de perdre notre temps dans des pratiques qui les diminuent (jogging, machine cardio à haute dose, yoga, pilates, piscine, cours collectifs de salle) ou pire à ne faire aucune activité physique véritablement stimulante.

Quels que soient vos besoins et votre situation (surpoids, maigreur, « état de rouille », blocage physique, douleurs bas du dos, etc…), vous souhaitez :
– développer votre masse musculaire
– entretenir et réparer vos fonctions de mobilité
– reprendre contact avec votre corps
– débloquer certaines situations émotionnelles qui impactent votre corps
– augmenter la densité de vos os

Contactez-moi pour un coaching ciblé et efficace !
Aicha Mahjoubi, coach certifiée